EN IMAGES – Inondations en Gironde : la rive droite de Bordeaux particulièrement touchée

Un mur d’eau est tombé sur la rive droite de Bordeaux ce jeudi, provoquant des débordements de rivières. Les pompiers ont procédé à des dizaines d’évacuations, notamment dans six secteurs : Latresno, Tress, Artigues, Saint-Sulpice-et-Cameyrac, Saint-Loubès et Izon. A Gironda, 59 personnes ont été mises en sécurité. Les pompiers ont effectué 500 interventions sous la préfecture, notamment pour les zones inondées. Les mairies des communes sinistrées incitent les citoyens à souscrire à leur assurance puis à venir se déclarer dans les plus brefs délais et soutenir la demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.

Des routes coupées et des sinistrés à Latresne

La mairie de Latresne prévient les habitants sur sa page Facebook : de nombreux quartiers sont impraticables. Les pompiers ont évacué des dizaines de personnes, et certaines ont passé la nuit à l’hôtel de ville.

Vous devez accepter les cookies des réseaux sociaux pour visualiser ce contenu sur Facebook.

Ces cookies vous permettent de partager ou de répondre directement aux réseaux sociaux auxquels vous êtes connecté, ou d’inclure du contenu qui a été initialement publié sur ces réseaux sociaux. Ils permettent également aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications pour personnaliser et cibler la publicité.

Les écoles fermées à Tresses

La mairie de Tresses a ouvert une salle multisports et débloqué onze chambres d’hôtel pour accueillir les victimes. Six familles ont dû être relogées. Les écoles inondées de la ville restent fermées ce vendredi. L’eau a également envahi la salle de basket et les ateliers municipaux et a causé la destruction de certains matériels et équipements.

Des dégâts plus minimes à Artigues, Saint-Loubès et Saint-Sulpice-et-Cameyrac

A Saint-Loubès, deux écoles ont également été touchées par les inondations, mais elles ont été réhabilitées dans la nuit et restent ouvertes aujourd’hui. Le nettoyeur doit également être utilisé. Les réseaux d’eaux pluviales sont saturés et certaines routes sont bloquées. Un refuge a été mis en place en collaboration avec la Croix-Rouge, mais aucune famille de Saint-Loubès n’a dû être relogée. Le centre a accueilli sept familles de la commune voisine d’Izon.

Du côté de Saint-Sulpice, les ponts et les routes ont été particulièrement touchés. En attendant la réhabilitation, certaines routes sont bloquées. Des particuliers ont également été touchés. Deux personnes sont en phase de relogement. Le dortoir des étudiants est endommagé et donc fermé, et l’école reste ouverte.

A Artigues, entre 40 et 50 maisons, l’eau est montée d’une quarantaine de centimètres. Certains secteurs sont toujours privés d’électricité en attendant l’intervention d’EDF. Au niveau des infrastructures communales, seul le gymnase a été légèrement inondé.

Deux drames évités de justesse à Izon

La ville d’Izon a également beaucoup souffert des intempéries. Si les infrastructures ont été un peu endommagées (seul le gymnase a été inondé puis vidé), selon le maire Laurent Delauney, l’inondation a touché 100 à 150 foyers. Certains ont vu l’eau monter jusqu’à 1 mètre de hauteur. Deux personnes ont été secourues à la dernière minute par les pompiers, mais heureusement personne n’a été blessé.